Elsa & Johanna, avatars à tire d'elles - Le Reflet de la cuillère
Article dans Libération, novembre 2017 - Texte de Jérémy Piette



L’odeur du cendrier que personne n’a pensé à vider s’empare du troquet, mêlé à l’entêtant fumet du parquet lustré qui a reçu nombre d’éclaboussures de spiritueux renversés la veille. Une tête se pose contre le blouson d’un cuir suédé : fatigue, breloques et étreintes s’emmêlent. On pourrait être tenté de renifler (dans le doute) les images de Johanna Benaïnous et Elsa Parra tellement elles brillent à secouer un imaginaire collectif, olfactif et nostalgique. Serial caméléones, elles sont les auteures d’une légion d’avatars et de personnifications diverses, figées par la photographie et endossant diverses peaux et existences anonymes, d’hier et d’aujourd’hui.

Ici, une version nuancée d’Emma Peel auréolée d’une crinière carrée Liza Minnelli se retrouve envapée tout contre son âme sœur aux yeux creusés. La précédente série des deux artistes, A Couple of Them, présentait déjà un panel d’incarnations types qui nous criblaient d’impressions de déjà-vu et nous collaient l’infime conviction d’avoir déjà croisé au coin d’une rue une de ces âmes aux traits familiers. Invitées à donner leur vision du quartier de Saint-Germain-des-Prés dans le cadre du parcours PhotoSaintGermain, on retrouve les dignes héritières de Cindy Sherman (période Untitled Film Stills et son aura polar), toujours aussi inspirées par la gender fluidité de Claude Cahun et prêtes à exhumer les souffles passés et les destinées aux visages multiples.


Article in LensCulture, March 2017 - Text by Alexander Strecker


Doesn’t it seem that some people are just more there than others—more colorful, more eye-catching, taking up more space and catching our attention more insistently? This effect is most noticeable in crowded public places: subway cars, parks, beaches. While everyone else kind of fades into the background hum, certain individuals stand out. In the US, we often call these people “characters,” as in, “Did you see that guy? What a character!”

These are the figures that photographers often zero in on as they roam the world looking for things to frame and capture in their pictures. Whether a photographer approaches the person and brings them back into their studio, or simply captures them in a moment in time out in the world, it is these distinctive individuals, these memorable characters, that make photographers’ hearts race and compel them to venture out and create their work.

Of course, the word “character” has another meaning—we use it to refer to the fictional persons who populate books, films, plays, even our imaginations. The ambiguity is not accidental. When a portrait-maker photographs a strikingly beautiful person in their studio, they are capturing something essential in the subject but also creating something fictional, projecting a fantasy which we can all draw from as viewers. A memorable portrait is both a fragment of reality and a complete construct.

It is within this space that the young French duo, Elsa Parra and Johanna Benaïnous, operate with their series “A Couple of Them.” While the two are conscious of fictional self-portraiture’s rich and varied history—stretching back to Claude Cahun and running through Cindy ShermanFrancescaWoodman, and Joan Fontcuberta (lest we think this genre is only the realmof women!)—their work carves out a singular niche in this narrative.

Most distinctively, the characters they work with are not cinematic, nor fantastical, nor deeply personal. Rather, they emerge from reality. They do not portray actual people, but these personas emerge, piece by piece, tic by tic, from the artists’ keen observation of the world around them: from street corners, subway platforms, bars, basketball courts…in short, from the bubbling, intoxicating creative ferment that constitutes New York City.

Now, on the one hand, the artists insist that they are working in a non-temporal, non-localized space—their images are not meant to show New York in 2016 (in fact, some of the photographs were shot in France). On the other, geography did play a decisive factor in the inception of the series: Elsa and Johanna met while students in New York City, and they created the bulk of this work there. In their words, there is something in the city’s “effervescent streets” that first propelled the project forward.

And perhaps there is another element involved as well—the artists’ ability to become other people was likely facilitated by living outside their home environment. As anyone who has traveled alone for extended periods knows, there is something easier about changing your identity when you are an outsider or just passing through. Elsa and Johanna confirmed that working in this way would feel faintly ridiculous in Paris, but in New York, they feel emboldened. Indeed, the pair has pushed that slightly magical—but usually temporary—exhilaration of being an outsider to a playful, artistic extreme in this work.

Still, although each character’s distinct visual qualities make these portraits work, anonymity is essential to the series as well. For Elsa and Johanna, the characters do have names, but these are never revealed. They also have biographies, but they aren’t necessarily written down or fully sketched out. When I pressed for more details about their creative process, Elsa described a “magic garden” from which they draw their inspiration—a space they want to protect and safeguard and not interrogate too deeply.

While this lack of clarity could create fissures in some artistic endeavors, here it is intentional. This indefiniteness allows each viewer to project his or her own stories onto the characters. For example, a few of the individuals felt perfectly American to me; when I mentioned this, Johanna laughed, saying that others had imagined them as French or Spanish. Part of the success in this body of work is its neat embodiment of artistic intention as it willingly yields to outside interpretation and intervention.

But at the very heart of this collaborative work is, of course, Elsa and Johanna’s intense partnership. Having met only a few years ago, the two have tumbled deep down this rabbit hole; the resulting work would have been impossible to make without their counterpart. This is particularly evident in the frames where only one character appears—the other is operating the camera, manipulating the ultimate perception of their contrived figures. Speaking about their process, the two described something akin to a dance: “When I’m in front of the camera, I know exactly where the frame is. Since we know each other so well, it doesn’t matter who’s in front and who’s behind—we are creating the image together.”

Text by Alexander Strecker


Catalogue Bourse Révélation Emerige 2016 - Texte de Gaël Charbau


Johanna Benaïnous et Elsa Parra se sont rencontrées à New-York alors qu'elles étaient encore étudiantes. Elles partagèrent rapidement une passion commune et en apparence plutôt banale : observer les passants. Mais là où l'exercice s'arrêtait pour la majorité d'entre nous au plaisir diffus d'un verre partagé entre amis en terrasse, elles décidèrent au contraire d'en faire l'objet d'un travail filmique et photographique d'une rare intensité.  

La série A Couple of Them (2014-2016) forme ainsi une sorte de voyage qu'elles entamèrent dans la profondeurs de l'altérité, au travers d'une centaine de portraits photographiques et 23 portraits vidéo qui nous plongent au cœur d'une génération d'adolescents ou de jeunes adultes, garçons et filles, qu'on devine couples, amis, frères et sœurs, cousins peut-être...

La particularité la plus saisissante de ces portraits tient à ce qu'ils sont tous incarnés par les artistes elles-mêmes, chaque cliché nécessitant parfois plusieurs longues journées de travail, jusqu'à entrer entièrement dans ces personnages fictifs et jusqu'à ce que chaque détail de leurs visages, de leurs corps, des vêtements qu'ils portent et de l'environnement qui les accueille ne puisse plus céder sous le poids de notre capacité à démonter ces images. Chacune d'elles, au contraire, agit comme une histoire vécue dont chaque mot semble être prononcé par un détail de ce qui entre dans le cadre, comme si la méticulosité de Pérec, lorsqu'il énonce Les choses, trouvait ici un prolongement photographique. Et pourtant, et justement, quelle banalité ! Un couple dans les broussailles, une jeune femme sur un banc, une fille en jogging devant le filet d'une cage de foot, un ado vêtu d'un treillis au milieu d'un champ de maïs...

On  suppose être quelque part aux États-Unis mais rien n'est jamais spectaculaire, aucun mouvement ni aucune situation ne devrait, a priori, être digne d'attirer nos pupilles fatiguées d'Instagram. Mais par on ne sait quel effet de lumière et de composition, en faisant juste plutôt que trop, une sorte de tension apparaît qui nous livre la conviction du vrai alors même qu'on se sait regarder un artifice.

Et puis, il y a les regards ; comme remplis d'une fatigue mélancolique. Presque tous ces visages ont quelque chose de cette gravité paradoxale, de cette usure de l'adolescence pleine de certitudes et de gaucherie. Pleine de cette impossible innocence du corps qui bat.

Texte de Gaël Charbau


Interview pour les Inrockuptibles, novembre 2016 - Texte d'Ingrid Luquet-Gad


Elsa & Johanna. La tentation est grande de garder l'appellation qui nous accueille sur leur site ; un portfolio que les deux artistes partagent. Ces deux prénoms accolés, presque un sigle par leur symétrie rythmée, annoncent d'emblée ce qui se tramera dans les images : les déclinaisons en rafale de la forme du duo, et l'occupation d'un territoire mouvant, l'interzone grise entre l'identité réelle et son versant fantasmé, où l'une déteint forcément sur l'autre. Elsa, c'est Elsa Parra, et Johanna, Johanna Benaïnous. 


J'ai découvert leur travail ce printemps, en arpentant les allées du Salon deMontrouge, un rendez-vous annuel qui met en lumière le travail de  jeunes artistes pas encore représentés par une galerie. D'une grande cohérence, l'édition l'était au point de paraître homogène, avec ses couloirs occupés par des vidéos et des installations ultra-référencées, manifestement soucieuses de se construire en se hissant sur les décombres du modernisme. Dans ce panorama, le pan de mur recouvert de photos haut en couleur déclinant le quotidien banal et blasé d'une ribambelle de personnages détonnait clairement. Figés dans une solitude ouatée que n'empêchait pas la compagnie de l'autre, les couples de papier glacés soutenaient mi-placidement, mi-effrontément le regard de promeneur de salon. Il s'agissait de la série « A couple of them » d'Elsa Parra et Johanna Benaïnous, celle qu'elles ont initiée en 2014, qui a cimenté leur collaboration et qu'elles continuent à augmenter encore aujourd'hui.

On les rencontre un lundi d'été dans un café sur le boulevard de Belleville, et naturellement,parler des photos, c'est d'abord évoquer leur rencontre à toutes les deux. En guise de décor, New York, où elles effectuent toutes les deux un échange. « New York est une ville qui nous avait plongées dans un état de constante observation : le quidam croisé au détour d'une rue, près d'un stade, attendant le métro ou le bus, ou encore cette personne que l'on se prend à regarder longtemps, décortiquant les infimes détails de la vie que l'on lui prête à travers une posture, un vêtement ou un regard. Ces anonymes, on a souvent la sensation de les connaître, de les avoir déjà croisés à plusieurs reprises dans d'autres lieux. »



Cette position de l'observateur, qui projette et imagine et ce faisant, à partir de ce réflexe somme toute passif, interroge insensiblement la valeur du portrait et de la mise en scène, glisse insensiblement vers le dispositif artistique. Elsa et Johanna décident de se photographier, ou plutôt de se regarder regardant les autres : tout en étant le sujet, elles délaissent leur propre image au profit de représentations imaginaires.

A première vue,l'exercice est le même que celui de l'auto-portrait, et comparable au prolongement l'exercice favori de l'homo instagramus. Mais le choix d'être systématiquement deux dans les photos change la donne. « En se photographiant l'une l'autre,il n'est plus question du simple rapport entre un photographe et son modèle : les statuts disparaissent dans l'osmose de performance créative.L'intimité du duo se décline en une multitude de relations à deux :amicale, amoureuse ou familiale. Dans la mise en scène, les personnages permettent ainsi d’étendre la fiction au-delà de la simple représentation d’une identité pour inclure aussi les relations qu'il entretient avec le monde extérieur. ».



Au niveau des différents couples d'individus représentés - une quarantaine formant le cœur de la série, et d'autres encore répertoriés sur un tumblr [http://a-couple-of-them.tumblr.com/] - on a envie de savoir comment se décide chaque mise en scène. S'agit-il forcément d'individus observés, ou bien plutôt de typologies, de « caractères » ? « L'essence de notre démarche était d'être crédible par rapport à nos propres physiques. Il n'a jamais été question de transformation radicale, ce qui nous éloigne de la caricature, que nous voulions éviter à tout prix. » 

En amont de la prise de vue elle-même a donc lieu tout un travail performatif hors-champ, afin de tenter de faire surgir une identité qui leur semble plausible, ou carrément réelle.
Elles soulignent : « Nous souhaitons que chacune de ces figures reste empreinte d'une psychologie particulière et d'une humanité qui fera que chacun pourra y reconnaître quelque chose de différent. Ala fois universelles et uniques. »

Pour qui aperçoit pour la première fois la série, une certaine tonalité d'ensemble se dégage néanmoins : le portrait en filigrane d'une zone périurbaine imperméable aux flux et reflux des modes, tout comme l'impression de voir défiler les nuancesd'une même classe moyenne aux traits tirés et aux coudières élimées. Encore une fois, c'est aussi un reflet indirect des deux artistes : 

 

« Comme nous sommes toutes les deux originaires de province, nous nous sommes évidemment retrouvées dans certaines réalités que nous avons pu nous aussi côtoyer plus jeunes.New-York nous a énormément inspirées, par la diversité étonnante qu'on y trouve,notamment dans certains quartiers deBrooklyn, qui sont de véritables théâtres urbains. Mais nos décors, qu'ils soient américains ou français, sont choisis avant tout pour leur caractère atemporel. Là, loin d'un contexte défini, et souvent aussi dans l'inaction,l'errance ou pris dans les menues actions quotidiennes et banales, les personnages peuvent exister pour eux-mêmes. »  On est au final assez loin du reenactment de portraits déjà codifiées de femmes, au cinéma ou dans l'histoire de l'art, pratique qu'a consacrée la figure incontournable dont hérite évidemment leur travail : Cindy Sherman.

Les intéressées précisent : « Notre travail appartient à une famille dont Cindy Sherman est la mère, tout comme nous nous sentons également influencées par des artistes comme Diane Arbus, Vivian Maier, Rineke Dijkstra, William Eggelston ou Danny Lyon. » Rajoutons à cela qu'Elsa Parra a fait ses classes auxArts Décoratifs avec Brice Dellsperger, maître incontestable - en vidéo cette fois - de ce qu'il nomme le « body double », travaillant depuis le mitan des années 1990 au remake de films qu'il double plan à plan en incarnant lui-même tous les personnages. Une généalogie prestigieuse cependant mâtinée de la préoccupation générationnelle du duo, respectivement nées en 1990 et en1991. 

« Notre esthétique s’inscrit dans ce double héritage : la culture photographique du portrait et cette nouvelle culture de l’image. »
Justement, cette double détermination, de la géographie périurbaine et de la génération des digital natives, créée dans les images un point de friction. Elle leur assigne une densité inquiète loin des esthétiques célébratoires que l'on rencontre souvent, à visée critique ou non,dans les œuvres qui se font le miroir de la condition contemporaine du tout-à-l'image. Spontanément, il m'a semblé que les personnages qu'elles incarnaient étaient ceux qui n'étaient pas conscients de l'image qu'ils renvoient au monde extérieur ; qu'ils s'agissait de ceux qui n'avaient pas le luxe de se préoccuper de la construction leur image. Comme si la mise en scène de soi, la bonne maîtrise de ses codes et de ses usages, était aujourd'hui devenue un facteur de distinction sociale à part entière.

Fidèles à l'essence gémellaire du projet, Elsa et Johanna préfèrent de leur côté réorienter le débat sur le collectif : « Fatalement,la généralisation de la culture de l'image de soi entraîne une forte conscience d'appartenance au groupe, puisque construire son identité revient aussi à nommer le groupe social dont on désire faire partie. Sans parle de luxe,car chaque milieu a ses propres codes, être identifié et rattaché à un groupe demeure une nécessité. »


Catalogue de l'exposition Vertige en terrain plat, Fondation Brownstone 2016
Texte de Marine Benoît-Blain


L' Autre en question.

L'histoire de la photographie se joue et se déjoue souvent entre réalité et mensonge, document et artifice, dans une ambivalence permanente qui questionne et construit la relation que le photographe entretient avec son appareil. Si Cindy Sherman incarne les nombreux sujets de ses séries photographiques, elle se défend systématiquement de faire de la photographie un outil autobiographique :"Je me sens anonyme dans mon travail", dit-elle, "quand je regarde les images, je ne me vois jamais moi. (...) Parfois, je disparais." Cette disparition du "je" en faveur d'une série de portraits archétypaux et universels se retrouve dans l'œuvre de Johanna Benaïnous et Elsa Parra : dans leur première série photographique A couple of them (2014-2015), qui comprend plus de soixante-douze portraits et une vidéo, le spectateur croit se trouver face à une galerie de portraits bien avant de comprendre qu'il s'agit des mêmes modèles, les deux photographes, déclinés en une véritable typologie générationnelle.

Au premier abord, leur travail semble révéler une kaléidoscope d'individualités, portraits capturés au long des villes et des contextes.Les personnages photographiés nous regardent et, fixant l'objectifs droit dans les yeux, assument leur statut de sujets / aux jeunes filles dans le métro se succèdent les garçons en tenue de chasseurs parcourant les bois et les lycéennesen vacances. Pourtant, au fil des images, ce répertoire d'histoires et d'identités se trouble. Deux mêmes visages reviennent encore et encore : ils'agit de ceux des deux artistes, qui se transforment en des myriades de personnages. Si les portraits se suivent et ne se ressemblent pas, alternant personnages féminins, masculine, rieurs, boudeurs, blonds ou bruns, il s'agit toujours bien des mêmes figures qui viennent hanter le regardeur.

Au-delà de l'exploit de la métamorphose et du jeu decaméléon, ce qui se trame dans leurs images est avant tout le portrait d'une jeunesse. Les photographes, en revêtant les vêtements de leurs personnages, dépassent le déguisement : elles incarnent leurs sujets, dans un travail de la durée qui touche à la performance théâtrale. pendant des heures, parfois des jours, Johanna Benaïnous et Elsa Parra se mettent dans la peau de leurs personnages :elles ne posent plus, elles deviennent. La photographie se fait, en tout étatde cause, le résultat de la performance, comme une trace, un souvenir de ces pièces de théâtre éphémères auxquelles seuls les protagonistes ont assisté.

De l'observation à l'interprétation : rejouer le souvenir

Dans leur nouveau projet photographique, présenté pour la première fois à l'occasion de Vertige en terrain plat, les deux artistes poursuivent cette exploration de l'interprétation des identités à travers la photographie.Si A couple of them mettait en images leurs perceptions d'une génération depuis des bribes de souvenirs et de rencontres silencieuses et anonymes, leur nouvelle production se détache del'image archétypale pour toucher à des questions plus intimes et personnelles. Johanna Benaïnous et Elsa Parra se sont tournées vers leurs proches pour récolter les récits de leurs souvenirs les plus marquants, le plus forts, ou plus enfouis. Depuis ces récits, elles engagent un processus de reproduction et d'interprétation : entre enquêtrices et romancières, elles remettent en scène ces souvenirs, créant des images contemporaines qui viennent s'apposer à des histoires anciennes et élimées par le temps.

Leur travail n'est pas ici celui de l'archiviste ou du restaurateur, cherchant à dépoussiérer les souvenirs jusqu'à en retrouver l'essence véritable, en quête perpétuelle d'exactitude. A la manière,peut-être, de Jo Spence dans Beyond theFamily Album (1979), qui explore les vides et les manques de ses anciens albums photos pour en rejouer les moments clés, Johanna et Elsa reconstruisent plus qu'elles ne retracent. Tout comme les personnages de A couple of them qui n'étaient pas les répliques exactes d'individus réels, mais un récit des impressions qu'ils avaient pu laisser, ce projet utilise les souvenirs comme les pierres fondatrices d'une réappropriation en images d'événements passés.

Les deux artistes prennent ici leurs distances avec la pratique du portait, et tournent leurs objectifs vers d'autres sujets : éléments du quotidien, détails, natures mortes, leurs associations photographiques se libèrent pour construire une constellation subjective d'objets et d'images, qui prennent sur le mur le même chemin chaotique et incertain que le parcours tortueux du souvenir à travers le temps.

A la manière d'une exposition qui fleurit dans les failles et les interstices entre le réel et son miroir, Johanna Benaïnous et Elsa Parra proposent un voyage dans le temps qui refuse de fonctionner, une horloge trouble, naît un projet dont les limites échappent à notre perception.

Texte de Marine Benoît-Blain

Using Format